Camille Poirier

J’ai grandi à Montréal. J’ai joué dans la ruelle. Je me rappelle d’un temps où j’inventais des histoires sans censure, sans jugement, sans retenue. Je créais pour jouer, pour m’amuser et pour trouver un moyen semi subtil d’embrasser mes petits voisins. Je suis contente de retrouver la ruelle, elle me rassure et me permet de vous partager pour la première fois devant grand public les histoires que j’invente dans ma tête de grande personne.

Laisser un commentaire