Marianne Dansereau – Le fort et le friable

Ce qui est à la fois fort et friable : la vulnérabilité, la solitude, les luttes invisibles, se taire, écouter, apprivoiser les choses lentement, ressentir avant de comprendre, bref, tout ce qui n’est pas encouragé en ces temps TDAH. Féministes, mes récits flirtent avec le témoignage et la fiction et empruntent un peu à la poésie, celle qui s’amuse à nous filer doucement entre les doigts comme un petit méné qui cherche à rester libre dans son lac.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s